Dans un pays très étendu comme le Canada, il est primordial de gérer les transports de manière efficiente.  Le transport intermodal, qui fait intervenir au moins deux modes d’expédition différents, est donc très utilisé. Quels sont les avantages liés à l’intermodalité ?

Baisser les coûts en utilisant les modes de transports les plus appropriés

D’une province à une autre, on n’utilise pas forcément les mêmes modes de transport pour organiser une expédition intermodale : par exemple, au Québec, l’infrastructure de transport de marchandises se prête bien au transport intermodal. Le chemin de fer y est très bien développé, bien mieux que dans toutes les autres provinces du Canada. Et comme le prix du transport des marchandises par voie ferrée fait partie des plus bas, utiliser autant que possible le rail lors d’une expédition permet de baisser significativement le coût du transport.

Raccourcir les délais de livraison

Grâce aux postes de transbordement intermodal, comme celui de Richmond qui a vu le jour en 2007, les transporteurs disposent d’un centre accessible par la route et le rail, doté de services d’entreposage et de transbordement camion-train. Ce type d’installations permet de réduire aussi bien les délais de trajet et de temps perdu dans les embouteillages, que les coûts de transport.

Profiter des avantages de chaque mode de transport

Le recours au transport intermodal permet de bénéficier des avantages de chaque mode de transport utilisé :

  • Grâce au transport routier, le service est rapide et la livraison porte-à-porte est possible
  • Le recours au transport ferroviaire ou maritime permet de faire baisser les coûts d’expédition sur les longues distances.

En outre, l’intermodalité contribue à mieux répondre aux attentes des expéditeurs et destinataires en offrant une fiabilité de service accrue, grâce notamment à des horaires préétablis.

Désengorger les artères très fréquentées

En limitant le transport routier, l’intermodalité permet aux transporteurs routiers de se focaliser sur les courts trajets. Elle évite la pénurie de main-d’œuvre pour les longues distances, un problème récurrent au Québec et accentué avec les départs progressifs des baby-boomers vers la retraite.

Depuis deux ans, CSX dispose d’un terminal intermodal à Valleyfield, et combine transport maritime, routier et ferroviaire de conteneurs. Un véritable atout pour ceux qui souhaitent utiliser le transport intermodal afin d’envoyer des conteneurs vers les États-Unis. Auparavant, toutes les entreprises devaient passer par Montréal, ce qui créait des embouteillages importants sur le secteur.

Réduire les gaz à effet de serre

Allant dans le sens de la volonté du Ministère des Transports, certaines municipalités souhaitent encourager l’intermodalité dans un but notamment écologique, en réduisant l’émission des gaz à effet de serre et par voie de conséquence, en luttant contre les changements climatiques. Par exemple, au terminal de Salaberry-de-Valleyfield, on estime que faire passer les conteneurs et les produits de la route à la voie ferrée permettra de faire baisser les émissions de gaz à effet de serre d’environ 122 000 tonnes de CO2 par an.

Compte tenu des grandes distances à parcourir, le transport constitue un enjeu majeur au Canada et la maîtrise des délais et des prix nécessite une excellente gestion des différents modes d’acheminement. Grâce à l’intermodalité, il est possible de mieux répondre aux attentes des expéditeurs et des destinataires tout en diminuant les coûts de transport, en raccourcissant les délais de livraison et en désengorgeant les artères les plus fréquentées.